Les habitats marins

La Méditerranée avec 0,7% de la surface des océans, rassemble 28% d'espèces endémiques, 7,5% de la faune et 18% de la flore marine mondiale.

 

Les fonds marins du site de l'Estérel sont à l'image de l'ensemble de la biodiversité méditerranéenne.

Les habitats marins du site de l'Estérel abritent une faune et une flore patrimoniale d'une diversité et d'une qualité exceptionnelle.

Au-delà des différentes espèces patrimoniales qui peuplent le site, certains habitats communautaires comme l'herbier à Posidonie ou les récifs coralligènes avec le corail rouge de Méditerranée sont représentatifs de la qualité de ces milieux.

 

FOCUS : L'herbier à Posidonie

Herbier à PosidonieL'herbier à Posidonie constitue un écosystème de très haute valeur écologique.

Il est considéré comme l'écosystème le plus important de la Méditerranée. Véritable poumon de la Méditerranée, l'herbier à Posidonie libère chaque jour 14 litres d'oxygène par mètre carré.  

Il participe au maintien des rivages et à l'exportation de matières organiques vers d'autres écosystèmes et participe aux paysages sous-marins de haute valeur esthétique.

Présent de la surface jusqu'à la zone des 30/40 mètres en moyenne, il abrite une faune riche et diversifiée et joue un rôle de frayère et de nurserie.

Cet habitat est très sensible aux impacts de l'homme. D'une manière générale, les herbiers des côtes nord-occidentales de la Méditerranée sont en régression depuis la deuxième moitié du 20ème siècle.

L'herbier à Posidonie est un habitat protégé du point de vue national et international. La posidonie, quant à elle, figure sur la liste des espèces végétales protégées en France.

Dans le site Natura 2000 de l'Estérel, la valeur patrimoniale de l'habitat est renforcée par la présence en abondance de grandes nacres, du récif-barrière de la rade d'Agay ou encore l'association avec des coraux dans certaines zones.

Fiche descriptive INPN

 

FOCUS : Les récifs coralligènes

CoralligèneSur le site, le littoral est composé d'une côte entrecoupée de nombreuses plages ou criques, mais qui reste toutefois en majorité rocheuse. Cette roche, en plongeant plus profondément dans la mer, prend la forme de tombants magnifiques recouverts de peuplements à Coralligène. Ces derniers procurent nourriture et habitat à de nombreuses espèces de poissons, crustacés et mollusques.

Ils offrent, par ailleurs, une diversité de formes, de couleurs et une richesse biologique qui se traduit par des paysages sous-marins remarquables et constituent un milieu particulièrement recherché des plongeurs sous-marins. En raison de cette richesse et de cette grande diversité, on considère que le Coralligène est un milieu d'exception, d'importance patrimoniale, qu'il convient de préserver.

Les fonds coralligènes constituent, avec l'herbier à Posidonie, un des principaux réservoirs de biodiversité en zone littorale.

Cet habitat présente un intérêt patrimonial au niveau de sa diversité biologique et de la qualité des paysages qu'il offre. De par la variété de micro-habitats, les fonds coralligènes permettent l'installation d'une faune variée regroupant localement plus de 600 espèces d'invertébrés et une quarantaine d'espèces de poissons.

L'habitat est présent dès la zone des 20 m/30m sur une grande partie du site de l'Estérel.

Fiche descriptive INPN

 

FOCUS : Les bancs de sables sous-marins

Bancs de sableLes bancs de sables constituent un habitat sous-marin très important pour la faune sous-marine. Ils se composent notamment des sables et des laisses de mer (débris naturels rejetés sur les plages).

Les laisses de mer constituent des micro-milieux protecteurs et d'importantes sources de nourriture pour la faune en place. Par ailleurs, la présence de banquettes de Posidonie, lorsqu'elles existent, favorise la fixation du littoral.

Les bancs de sables sont peuplés d'invertébrés très abondants et diversifiés constituant les proies de poissons, crabes et oiseaux marins.

 

 Fiche descriptive INPN

 

FOCUS : Les grottes sous-marines

Grottes sous-marines Sur le site de l'Estérel, 51 grottes sous marines ont été répertoriées.

Elles sont concentrées autour du Cap Dramont, puis s'étendent de la Corniche d'Anthéor à la Pointe du Trayas.

Elles peuvent s'enfoncer très profondément. Elles participent ainsi à la préservation de certaines espèces de par une accessibilité restreinte. L'obscurité, la stagnation de l'eau et les dépôts favorisent le ralentissement de la vie mais permettent aux éponges, gorgones et coraux de bénéficier d'un milieu favorable.

Elles sont particulièrement prisées des plongeurs sous-marins.

Fiche descriptive INPN

 

Autre habitat marin d'intérêt communautaire du site : 

 Récifs (1170)

 

 


Agir pour les milieux marins :

 

- Mouiller autant que possible dans les zones sableuses du site

- S’amarrer aux dispositifs d’amarrage fixes lorsqu’ils sont en place

- Ne pas vidanger mes cuves de rétention des eaux noires et eaux grises en mer

- Ne pas oublier mes déchets sur le site et veiller à les jeter dans des conteneurs prévus à cet effet (poubelles, conteneurs pour huiles usagées, eaux noires…)

- Respecter la réglementation en vigueur et les consignes liées à l’usage de la mer et à l’exploitation de ses ressources

- Me conformer aux mesures de gestion et recommandations établies dans le cadre du Document d’Objectifs, et plus particulièrement au respect de l’ensemble des habitats naturels, au premier rang desquels l’herbier de Posidonie, le coralligène et les habitats de plage en adoptant des principes écocitoyens

- Ne pas détruire de quelque manière que ce soit la végétation sous-marine (herbiers, coralligène, trottoirs à Lithophyllum notamment).

- Adopter une démarche globale de respect de la qualité des eaux au travers de tous les gestes qui, en mer comme à terre, peuvent contribuer à limiter l’impact de l’homme sur la qualité des milieux aquatiques en général et marins en particulier

- Informer la Cellule Natura 2000 de toute dégradation des habitats présents sur le site Natura 2000